Le bio dans notre assiette

La minute des experts est alimentée cette semaine par le Professeur Jean-Michel Lecerf, Chef de service de l'Institut Pasteur de Lille, en collaboration avec Béatrice Morio, membre du comité de programme de Good., et les experts de la Société Française de Nutrition.




L’agriculture biologique répond à un cahier des charges précis avec un objectif de moyens limitant fortement l’utilisation de produits chimiques. Elle déploie aussi des techniques agronomiques visant à mieux respecter le sol, les plantes, l’environnement et les personnes directement exposées à ces produits. Les pratiques en agri-aquaculture sont fondées sur les principes de santé, écologie, équité et précaution.


Y a-t-il une différence avec les aliments issus de l’agriculture conventionnelle ?

La qualité nutritionnelle des aliments issus de l’agriculture biologique est très peu différente de celle des aliments issus de l’agriculture conventionnelle, car celle-ci dépend de la génétique, du mode d’élevage ou de culture et de la maturité des plantes à la récolte. Ils sont souvent, pour ce qui est des légumes et des fruits, moins riches en eau et donc un peu plus riches en matière sèche. Pour les animaux d’élevage, quelques différences peuvent exister dans la teneur des produits en certains nutriments ou micronutriments. Par exemple, le lait bio est un peu plus riche en oméga 3 et un peu moins riche en iode.


Retrouve-t-on quand même des résidus de pesticides dans les aliments bio ?

Sur le plan de la sécurité sanitaire, la teneur en résidus de pesticides est plus faible dans les produits bio ; mais dans les produits végétaux issus de l’agriculture conventionnelle, la teneur en résidus de pesticides est inférieure aux limites réglementaires dans 97 % des analyses au niveau français et européen. Dans les produits animaux, il n’y a aucun dépassement des seuils en résidus de pesticides, que soit ce dans les produits conventionnels ou bio.


Et l’impact sur la santé alors ?

Toutes les études françaises et internationales montrent que les personnes qui consomment plus de fruits et légumes quels que soient leur origine (conventionnelle ou bio), ont moins de maladies cardiovasculaires, de diabète et de cancers. Les études réalisées sur l’impact de la consommation de produits biologiques sur la santé des consommateurs ne sont pas concordantes. Par contre il apparait que les consommateurs bio sont plus attentifs à leur état de santé et ont un mode de vie souvent plus favorable, dont une alimentation plus équilibrée.


Consommer bio coûte plus cher, est-ce vrai ?

Les produits bio sont plus coûteux que les produits issus de l’agriculture conventionnelle, ce qui est normal compte-tenu du surcroit de travail manuel et de leur moindre productivité. Le choix de consommer bio est très personnel mais il repose encore aujourd’hui beaucoup trop sur les moyens financiers de chacun. Améliorer l’accès aux produits bio doit rester une priorité nationale, même si l’on peut garder une bonne santé en consommant des produits issus de l’agriculture conventionnelle comme de l’agriculture biologique.



POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA NUTRITION

ou sur Twitter : @SFNutrition_Fr

Rendez-vous VENDREDI 25 JUIN

pour le huitième épisode de "LA MINUTE DES EXPERTS"

avec le Docteur Cellier, médecin métabolisme-nutrition au Centre Léon Berard de Lyon.


POUR EN SAVOIR PLUS SUR GOOD L'ÉVÉNEMENT

Notre site internet | Facebook | LinkedIn